© 2013 Domaine des 3 valées.

  • Wix Facebook page

 

         

 

 

 

Dans la région, dénommée Calestienne, se développe naturellement une variété de chêne donnant un tanin de qualité supérieure, matière première indispensable pour le tannage des peaux. La tannerie de Dourbes, spécialisée dans la fabrication de courroies industrielles en cuir, fut implantée à l'initiative des propriétaires d'une tannerie verviétoise (famille HOUBEN). Ils estimaient plus économique de délocaliser une partie des activités vers le lieu où l'on trouvait naturellement les chênes donnant le bon tanin.

La tannerie de Dourbes fut florissante (elle comptait quelque 140 personnes) jusqu'à la guerre 40/45 au sortir de laquelle l'industrie en général se tourna résolument vers les produits synthétiques, en particulier pour la fabrication des courroies industrielles.

 

La faillite fut inéluctablement prononcée.

​La région Wallonne prit l'initiative d'assainir une bonne part du site, en détruisant les bâtiments délabrés, ne préservant que les bâtiments à l'architecture remarquable, à savoir le bâtiment principal concerné par le projet Domaine des Trois Vallées et un bâtiment du même style, réplique réduite de celui-ci, appartenant à un tiers, dénommé "Moulin à Tan" car on y traitait le chêne pour en extraire le tanin.

 

L'INASEP (Intercommunale Namuroise de Services Publics) se porta acquéreuse de la partie du site sur laquelle est implanté le bâtiment principal. Elle projetait d'y installer une station d'épuration d'eau pour plusieurs villages environnants. Le bâtiment avait pour atout de se déployer sur 5 niveaux, offrant ainsi une structure idéale pour une épuration par déversement dans des niveaux successifs.

Les autorités Européennes ont cependant promu les stations d'épuration du type moulin au sol. L'INASEP décida donc de construire une station de ce type et choisit pour ce faire un terrain situé à Mariembourg.

 

La partie du site propriété de l'INASEP fut alors revendue à la SA Astacus qui projetait d'y développer un élevage intensif d'écrevisses autochtones et de valoriser l'immeuble.

 

L'élevage d'écrevisses dut être interrompu après 3 années car la présence d'un microchampignon a détruit à trois reprises la totalité du cheptel et aucune parade efficace contre ce prédateur n'est connue.

Depuis lors la valorisation du bâtiment est devenue l'objet exclusif de l'activité de la SA Astacus.

* * *

HISTORIQUE